Formation

Organisme de formation N° 11755096575

Pour les informations sur la formation, son organisation et son programme, voir l'onglet " Les Formations"

Entrons dans le rythme

On peut donner du rythme toutes sortes de définitions et penser à juste titre qu’il est présent dans tout mouvement. Mais celui dont nous parlons a un sens précis : c’est le retour d’un repère à intervalles égaux, cadencés.

A l’échelle de l’Homme, cette régularité est une des données de notre expérience corporelle : nous percevons le battement de notre pouls et de notre respiration ou l’alternance cadencée de nos pas. Mais le rythme régit aussi des niveaux, du très grand au très petit, que nous ne percevons pas directement, comme la rotation des astres ou la physiologie de nos cellules. En réalité, tout l’Univers obéit à la Loi du battement, c’est-à-dire à un intervalle régulier entre deux événements opposés, à l’image du cœur qui fait alterner diastole et systole.

Gilles Deleuze souligne que le Rythme est « une puissance vitale qui déborde tous les domaines et les traverse… plus profond que la vision, l’audition etc. ». La culture orale montre bien l’indissociabilité foncière des champs sensoriels ; le battement s’entend, se sent, se voit, se chante, se danse ; il fait battre les chants et les danses des cultures orales, y compris la nôtre, traditionnelle ou moderne (rock, rap, hip-hop).

Après avoir été combattu et affaibli par une répression tenace, il revient en Occident plus vigoureux que jamais, rebaptisé « beat » et revivifié par sa rencontre avec les cultures dites « primitives ».

Le rythme touche aussi tous les registres qui nous constituent : le corps et l’âme, le conscient et l’inconscient, sont pulsatifs, soumis à la pulsation.

Les Anciens et les « primitifs » l’avaient compris ; ils savaient soigner l’individu et le groupe par le rythme qui, dans l’enthousiasme, relie chacun à son corps, à soi, à sa mémoire, à l’autre, au groupe, voire au cosmos et au sacré...

© DRLST // Atelier du Geste Rythmé